PROJECTION

PROJECTION :

Cette série se présente sous forme de dytique dans lequel deux photographies sont liées par des points de couture. La couture étant une des activités manuelle représentative de cette période confinée où gestes ancestraux, domestiques et un peu désuets ont repris tout leur sens.
Mélanger couture et photographie est également une façon de faire communiquer deux époques (le passé et le présent), deux modes de vie (traditionnel et moderne), deux techniques (l'une ancestrale, l'autre actuelle) qui se complètent et s'enrichissent.

  L'une des deux photos est en en noir et blanc, elle représente mon quotidien enfermé. La seconde est en couleur, c'est une projection de ce que pourrait être ce même quotidien sans privation de liberté. Placées en regard (ou plutôt l'une sur l'autre), elles se répondent (que ce soit de manière formelle, de part leur construction, leur couleur, ou leur sujet) et semblent n'en former qu'une seule racontant sa propre histoire. Parfois évidente, parfois plus alambiquée, mais toujours tiraillée entre fantasme (de respiration, de liberté) et réalité (l'étouffement), entre besoin de solitude et nécessité de partager l'espace de vie, entre manque social et confort dans son intériorité. Ici le paradoxe (la complexité humaine) déambule comme un funambule sur ce fil de coton, objet réel et palpable auquel on peut se raccrocher si toute fois nous perdions l'équilibre entre rêve et réalité.